Sous-rubrique

Publié : 23 janvier 2012

La pluie et le beau temps

cinéma et mondialisation

Ariane Doublet est une réalisatrice normande qui porte un regard cinématographique sur la transformation de territoires restreints et proches, qu’elle considère comme un bon observatoire des évolutions de notre société. L’idée de réaliser La pluie et le beau temps lui est tout simplement venue de l’observation des champs de lin et de questions ingénues posées aux agriculteurs sur le devenir de leur production. Une curiosité qui mène Ariane Doublet à dénouer le fil d’un commerce mondialisé au plus près d’une chaîne d’acteurs aux intérêts à la fois complémentaires et contradictoires.

L’histoire débute à Saint-Pierre-le-Viger, petite commune près de Dieppe, dans le pays de Caux, dont la qualité des sols et du climat convient parfaitement à la culture de cette plante. Elle se poursuit en Chine, dans les usines textiles de l’entreprise Kingdom, localisée dans la grande banlieue de Shanghaï, et principal client de la coopérative “Terre de lin”. La Haute-Normandie, avec 30.000 hectares cultivés représentant 50% des surfaces, est la première région linière en France et en Europe. Les sites Internet de la coopérative et de l’entreprise permettent d’en apprendre plus :
http://www.terredelin.com/HP/HomePage.aspx
http ://www.kingdom-china.com/index.asp


video TERRE DE LIN fr par lecaze

Ariane Doublet s’est associée avec un réalisateur chinois, Wen Hai, pour tourner les scènes dans les usines. Une association fructueuse puisqu’elle permet d’observer le fonctionnement des usines et de questionner les ouvriers avec une liberté que n’aurait sans doute jamais obtenu une européenne de la part des autorités chinoises. L’ensemble ne forme pas un documentaire, insiste la réalisatrice, mais bien un film d’auteur, de 74 mn.

Notre analyse

“La pluie et le beau temps” est un film qui montre au plus près des acteurs le système complexe d’un commerce mondialisé, les changements de société introduits à la fois en France et en Chine, chez ces jeunes mingong qui ont quitté leur campagne pour travailler à l’usine, mais aussi chez ces agriculteurs normands qui utilisent Internet pour consulter la météo ou les cours des matières premières. Traversant de nombreux paysages (port havrais, campagne normande, ville chinoise), donnant la parole abondamment à tous les acteurs, les caméras d’Ariane Doublet et de Wen Hai portent un regard indéniablement géographique et humain sur la “mondialisation”. C’est aussi un film qui pose et ouvre beaucoup de questions, autant de portes d’entrée pour une exploitation pédagogique par une étude de cas.

Pistes pédagogiques

La fiche ci-jointe développe quelques pistes pédagogiques pour exploiter le film. Elle convient aux parties de programmes suivants :

  • 1ère - thème 2 "Aménager et développer le territoire français". Dans le cadre des "dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation" il s’agit d’étudier des "espaces de production agricole en lien avec les marchés européens et mondiaux"
  • 4e - approches de la mondialisation : l’analyse du film porte sur plusieurs thèmes du programme, comme les transports d’un produit ou l’étude d’une puissante émergente.
  • en 3e, la partie II "aménagement et développement du territoire français" - thème 1 - les espaces productifs

Le film est en salle en novembre 2011.

Documents joints

  • Document, OpenDocument Text, 726.8 ko

Post-scriptum

Pour les professeurs souhaitant recevoir la fiche corrigée, transmettez-nous votre mail académique par l’intermédiaire du site.

Articles

  • Un grand pari(s) osé ou réalisable ? - Janvier 2012

    En appui sur deux images promotionnelles parues dans le journal Le Monde du 12/10/2010 et du 07/12/2010, on peut réfléchir à la politique d’image que se livrent les grandes métropoles. Ici, Paris et Le Havre sont disséquées...