Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Histoire-Géographie : Lycée > Classes de 1ère > 1STI2D : Vivre et mourir du milieu du XIXe siècle à la fin des années (...)
Publié : 1er novembre 2017

1STI2D : Vivre et mourir du milieu du XIXe siècle à la fin des années 1960

Différencier en classe inversée

Depuis plusieurs années, nous enseignons dans deux classes de 1STI2D sur des horaires communs afn de mener des projets ensemble.
Il y a deux ans, nous avons été confrontés à la difficulté de préparer des élèves à l’épreuve anticipée du Baccalauréat alors qu’une bonne partie de la classe ne prenait pas de notes et ne fournissait pas de travail personnel en-dehors de la classe. Nous avons alors décidé de remettre à plat notre façon d’enseigner dans cette classe.

Depuis l’année dernière, dès la première séance, nous distribuons à chaque élève un livret dans lequel figure la trace écrite pour l’ensemble de l’année. Une version numérique, doublée de fichiers MP3, est également disponible sur l’ENT.
Nous expliquons à la classe que l’épreuve étant orale, notre objectif premier n’est pas de leur dicter le cours mais de les accompagner pour comprendre et apprendre son contenu.

Afin de préparer au mieux nos élèves de 1STI2D à l’examen oral, nous avons choisi de multiplier les occasions de prise de parole tout au long de l’année. Les élèves présentent par binômes 5 exposés dans l’année (soit un par sujet d’étude au programme). A la fin de chaque question obligatoire, ils doivent également expliquer au reste de la classe ce qu’il faut retenir du cours à partir d’une fiche de révision. Nous prenons le temps de réaliser ces fiches sur le temps de classe.

Pour libérer du temps d’apprentissage en classe, nous fonctionnons selon une démarche de classe inversée. Au début de chaque thème, les élèves reçoivent un plan de travail qui distingue les activités préparatoires du travail en classe. En amont du cours, il s’agit essentiellement de lire le livret ou d’écouter les fichiers audio puis de lister les questions à poser aux professeurs.

PDF - 49.9 ko

En classe, nous reprenons les éléments à retenir et vérifions qu’ils sont bien compris. Enfin, les élèves élaborent leurs fiches de révision à partir d’une fiche de mémorisation active : ce qui est à retenir et à expliquer est recensé sous la forme interrogative.
Chacun peut choisir le format que prendra sa fiche texte papier ou numérique, carte mentale sur tablette. La plupart des élèves préfèrent ce dernier support.

JPEG - 181.5 ko

L’enseignant commence les premières branches de la carte mentale : le titre au centre, une branche par grande partie. Les élèves continuent en binômes de compléter la carte mentale à partir de leur cours. Nous utilisons pour cela l’application Schematic Mind. Sa prise en main est très rapide, les élèves réalisent un document propre qui est ensuite partagé dans l’ENT.