Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Histoire-Géographie : Lycée > Classe de 2nde > Un essai d’"histoire à parts égales". Etudier une "rencontre", l’exemple de la (...)
Publié : 20 septembre 2016

Un essai d’"histoire à parts égales". Etudier une "rencontre", l’exemple de la capture d’Atahualpa à Cajamarca

Les ressources d’accompagnement du thème 4 consacré en classe de Seconde aux Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens à l’époque moderne préconise de « s’interroger sur les conditions de la conquête » à travers l’étude d’une « cité précolombienne confrontée à la conquête et à la colonisation européenne ». Dans le cadre andin, Cuzco offre un sujet d’étude privilégié essentiellement au second volet de l’étude. Il apparaît en effet plus pertinent pour aborder la conquête de s’intéresser à l’événement qui ouvre la voie à la prise de le capitale de l’empire inca, c’est-à-dire à la capture d’Atahualpa à Cajamarca.
Cette confrontation directe entre Atahualpa et Pizarro qui se déroule le 16 novembre 1532 permet non seulement de « s’interroger sur les conditions de la conquête » mais aussi, et plus largement, d’interroger la rencontre entre Incas et Espagnols. Dans cette perspective, nous avons tenté de reprendre le projet d’« écrire une histoire « symétrique » de la rencontre » [1] élaboré par Romain Bertrand et de le transposer au contexte scolaire. Rappelons qu’il s’agit de « penser une rencontre « à plusieurs dimensions » » [2] en accordant une « égale dignité documentaire à l’ensemble des énoncés en présence » [3] afin de tenir compte des représentations, notamment temporelles et spatiales, des acteurs en présence mais aussi de ne pas surestimer l’importance accordée aux acteurs européens [4].
Pour ce faire, nous avons choisi de confronter les élèves à deux récits de la capture d’Atahualpa à Cajamarca. L’un est espagnol et émane très probablement d’un des fantassins espagnols présents à Cajamarca lors de la capture de l’Inca usurpateur. Ce récit d’un témoin oculaire paraît à Séville en 1534 soit très peu de temps après la capture d’Atahualpa. L’autre est la retranscription en espagnol d’un récit quechua de Titu Inca Yupanqui, neveu d’Atahualpa. Elle est réalisée en 1570 [5]. Les deux documents permettent notamment de déduire les représentations mentales des acteurs en présence (Incas, conquistadores, peuples tributaires, …) et de mieux interpréter ainsi leurs interactions. Leur étude conduit ainsi les élèves à esquisser une modeste « histoire à part égales » de la « rencontre » entre Incas et Espagnols lors de la conquête.
Les récits de la conquête ne se limitent pas à ces deux seuls documents. Cependant, ils nous a semblé préférable de limiter le travail des élèves à ces deux seules sources. En effet, les deux narrations sont longues. Insérer un autre récit n’aurait conduit qu’à rendre plus difficile l’analyse croisée des deux sources et donc plus complexe la compréhension des conditions de la "rencontre".

Documents de travail [6] :

Récits de Titu Cusi Yupanqui et de Cristobal de Mena (?)
Récits de Titu Cusi Yupanqui et de Cristobal de Mena (?)

La lecture des sources étudiées lors de ce travail a été réalisée à la maison par les élèves. Ils ont également préparé une présentation détaillée de chaque document. La problématique qui orientera l’analyse des deux documents leur est également précisée. Il s’agira de comprendre dans quelle mesure Incas et Espagnols se sont rencontrés à Cajamarca en 1532.
Après une rapide mise au point sur le travail personnel des élèves, la première partie de l’heure consacrée en classe à ce travail consiste à définir les termes du sujet, à en mesurer les enjeux puis à noter les principales pistes de réponse. A partir de ce canevas élaboré en classe entière, les élèves, par groupe de deux, préparent, dans la seconde moitié de l’heure, le plan du travail qu’ils enregistreront pour répondre à la problématique. Dans leur travail, il leur est imposé de citer des passages des documents, de les expliquer pour en montrer la portée à leur auditoire. Au début de l’heure suivante, ils enregistrent leur travail avec le logiciel Audacity en salle informatique.

Un exemple de production :


"Rencontre" à Cajamarca

Bibliographie :
Chroniques :
MENA, Cristobal de, « La conquista del Peru llamada la nueva Castilla », in URTEAGA, Horacio H., Las Cronistas de la conquista, Paris, Desclée de Brouwers, 1938 [1534], pp. 307-328.
TITU CUSI YUPANQUI, History of how the Spaniards Arrived in Peru, JULIEN, Catherine (intr., trad.), Indianapolis, Hackett, 2006 [1570], 180 p.
Ouvrages spécialisés :
BERTRAND, Romain, L’Histoire à parts égales. Récit d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil, 2014 [2011], 831 p.
CUMMINS, Thomas B. F.,« Les chroniques de la conquête. Trois récits divergents des événements de Cajamarca », in NUNEZ-REGUEIRA, Paz, L’inca et le conquistador , Paris, Actes Sud / Musée du Quay Branly, 2015, pp. 130-147

Notes

[1Bertrand, Romain, L’Histoire à parts égales. Récit d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil, 2014 [2011], p.14

[2Ib., p.20

[3Ib., p.15

[4Ib., p.17 et 19

[5Pour une présentation plus détaillée, se reporter à CUMMINS, 2015

[6Nous tenons à remercier M. Berthiaux pour la traduction du récit de Cristobal de Mena depuis l’espagnol. Le récit de Titu Cusi Yupanqui a été traduit par nous de l’anglais.