Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Histoire-Géographie : Lycée > Classe de 2nde > Atelier FIG 2016 : Les conséquences du changement global sur le littoral (...)

Documents joints

Publié : 20 juin

Atelier FIG 2016 : Les conséquences du changement global sur le littoral belge

Le thème 4 du programme de géographie de seconde générale et technologique « Gérer les espaces terrestres » invite à étudier deux questions parmi trois proposées dont celle sur « Les espaces exposés aux risques majeurs ». L’étude de cas présentée ici traite de l’exposition du littoral belge au risque de submersion marine.

Clin d’œil au pays étudié, le document d’accroche est extrait d’une bande dessinée. Dans Les Portes du Possible, B.Peeters et F.Schuiten [1] imaginent, sous la forme d’un article de presse, la Belgique en 2038. « Le nouveau climat belge rappelle fortement celui qui baignait naguère la Provence-Côte d’Azur. » Avec la montée des eaux, les baignades sur le littoral sont interdites mais les plages artificielles se multiplient dans les grandes villes.

Fig.1 : extrait de l'ouvrage Les Portes du Possible, B.Peeters et F.Schuiten, Casterman (avec l'aimable autorisation des auteurs et des Editions Casterman)

La question de la pertinence de ce scénario est posée aux élèves. Dans les deux classes concernées, la moitié des élèves ont estimé l’hypothèse crédible. Il s’agit donc de confronter la proposition des deux bédéistes belges à des données numériques pour répondre à la problématique suivante : « Dans quelles mesures la Belgique est-elle exposée au risque de submersion marine ? Quelles adaptations sont envisagées ? »

Lors de la première séance, la montée des eaux sur le littoral belge d’ici la fin du siècle est modélisée. Les élèves consultent deux sites faisant appel à des données différentes et comparent les résultats. C’est ainsi l’occasion de se questionner sur la fiabilité des données.
Dans un second temps, l’exercice consiste à lister les conséquences d’une montée des eaux sur le littoral belge et à prendre connaissance des politiques de prévention mises en œuvre à l’aide d’un Padlet (mur collaboratif) et du SIG de l’Atlas côtier belge.
La troisième séance est consacrée à la réalisation d’un croquis de synthèse commenté dans un article de presse.

Séance 1 : Modéliser la montée des eaux sur le littoral belge
Pour l’ensemble de l’activité, les élèves travaillent par groupes de trois. L’objectif est ainsi de favoriser les échanges entre élèves sur les résultats obtenus. Le travail est autonome puisqu’une fiche d’activités guide les élèves tout au long de l’étude de cas. L’enseignant circule entre les groupes pour vérifier la bonne compréhension des exercices et des documents consultés.

Dans un premier temps, le groupe consulte le site Flood Maps. Les élèves peuvent simuler une montée des eaux en utilisant un curseur : les zones submergées apparaissent alors en bleu. Lorsque que le curseur est placé à 0m, des pointillés bleus sont repérables le long de la côte belge. Les élèves ont rapidement identifié qu’il s’agissait de polders en se référant à leur cours d’histoire (étude de cas sur la ville de Bruges au Moyen Age).

Fig.2 : La côte belge avec une montée des eaux à + 0m sur le site Flood Maps

En montant le curseur à +1m (niveau de la montée des eaux à la fin du XXIe siècle selon les rapports du GIEC), on constate que les polders sont inondés. A noter que le centre historique de Bruges n’apparaît submergé qu’à +4m. Les élèves peuvent répondre à la consigne suivante : « En modifiant sur la carte le niveau de la mer, montrer que le littoral belge est exposé au risque de submersion marine mais que tous les sites ne présentent pas le même niveau de vulnérabilité. »

Fig.3 : La côte belge avec une montée des eaux à +1m sur le site Flood Maps

Dans la classe, certains demanderont à l’enseignant quelles sont les données utilisées par Flood Maps. Sur la fiche d’activités, un texte, traduit de l’anglais sur le blog du site, permet d’en comprendre le fonctionnement. Il convient, à partir de ce document, de demander aux élèves quelles sont les limites de ce site.

Dans un second temps, la même activité est proposée à partir du SIG de waterinfo.be. En se posant la question de la fiabilité du site, les élèves remarquent qu’il s’agit du « portail en ligne des gestionnaires des eaux et des instituts de recherche en Flandre ». Les zones inondables et à risques d’inondation représentent une superficie moins importante que sur le site Flood Maps. L’enseignant fera remarquer à la classe que c’est notamment du fait de l’action humaine : sur Flood Maps, les défenses côtières et autres politiques de prévention ne sont pas prises en compte, contrairement au SIG de waterinfo.be.

Fig.4 : Zones inondables et à risques d'inondation d'après le SIG de waterinfo.be

Séance 2 : Evaluer les conséquences d’une montée des eaux et les capacités d’adaptation
Les élèves disposent d’un corpus documentaire (vidéo, photos, infographie) sur les inondations de 1953 mis en ligne sur Padlet. Ils peuvent ainsi visualiser les conséquences humaines et matérielles d’une montée des eaux.

Ils utilisent ensuite Geoclip pour cartographier la répartition des activités et de la population en Belgique et constater que le littoral est un des espaces les plus dynamiques du pays. Les conséquences d’une submersion marine en sont d’autant plus importantes. C’est aussi l’occasion de travailler sur les règles de cartographie en modifiant les paramétrages de la carte obtenue.

Fig.5 : Densité de population et Population active occupée selon la commune de travail d'après l'Atlas de Belgique (Geoclip)

Pour terminer l’étude de cas, les élèves consultent la partie du corpus documentaire consacrée aux politiques de prévention (articles de presse, diaporama de l’émission Le Dessous des Cartes,...). Ils utilisent le SIG de l’Atlas côtier belge pour repérer les différents types de défenses côtières.

Fig.6 : Défenses côtières d'après le SIG de l'Atlas côtier belge

Séance 3 : Rendre compte sous la forme d’un article de presse accompagné d’un croquis de synthèse
Tout au long de l’étude cas, les élèves ont listé les éléments cartographiables : zones inondables/polders, infrastrustures, densités de population, défenses côtières, compartimentage, projet de réserve naturelle,...).
Les élèves élaborent au brouillon une légende organisée avant d’utiliser le logiciel Inkscape pour réaliser le croquis. Contrairement à sa version papier, le croquis numérique peut être facilement modifié en fonction des échanges au sein du groupe et des conseils de l’enseignant.
Quant à l’article de presse, il est réalisé sur un pad collaboratif . Cet outil permet aux trois membres du groupe de travailler simultanément sur le document. L’enseignant peut aussi faire des commentaires au fur et à mesure de l’avancée de la rédaction. Cela dit, le pad n’intègre pas d’image. Une fois finalisé, il faut donc convertir le texte en .doc pour y insérer le croquis au format .jpeg.

Les apports du numérique dans les apprentissages

Cette étude de cas, la dernière de l’année de seconde, permet de faire le point sur un certain nombre de démarches mises en place tout au long de l’année grâce à l’utilisation d’outils et ressources numériques :
- Le numérique est vecteur de pratiques citoyennes. Ainsi, des outils comme Padlet ou Framapad permettent-ils le travail et l’apprentissage collaboratifs. Les élèves peuvent échanger et s’entraider. De plus, la curiosité des élèves est stimulée par la démarche prospective : ils deviennent acteurs de la séance et prennent conscience de l’impact des choix humains face aux risques. Enfin, l’activité proposée a permis d’entamer une réflexion sur l’utilisation des données numériques.
- Le numérique facilite la progressivité des apprentissages et la différenciation. C’est d’abord l’occasion de passer de l’analyse de la carte papier à celle de la carte numérique. En réfléchissant sur le langage cartographique, les élèves passent progressivement à la conception d’un croquis. L’élaboration d’une légende organisée peut faciliter la rédaction d’un texte construit, et vice versa. Les élèves ne vont pas tous au même rythme. Il est alors possible de différencier les consignes. Les groupes les plus avancés consultent les cartes dynamiques en autonomie pendant que l’enseignant accompagne d’autres groupes par un guidage plus précis dans la sélection des couches.
L’appropriation technique d’Inkscape s’avère rapide avec l’utilisation d’une fiche tutorielle adaptée. Un fichier de figurés cartographiques, préalablement conçus par l’enseignant, peut être mis à la disposition des groupes pour gagner du temps. Les élèves pourront copier et coller les figurés avant de les personnaliser. Mais, la plus-value de cet outil réside dans la possibilité de faire des erreurs et de les corriger simplement pour aboutir à une production de qualité.

Notes

[1B.Peeters et F.Schuiten, Les Portes du Possible, Casterman, 2005