Vous êtes ici : Accueil > Ressources pour les enseignants > Se former > Se former à distance > Cartographier l’Asie de l’Est avec QGIS
Publié : 29 novembre 2014

Cartographier l’Asie de l’Est avec QGIS

Les villes globales asiatiques : des pôles de développement dans la mondialisation ?

Si le système d’information géographique QGIS est un outil de cartographie particulièrement intéressant pour le professeur ou ses élèves en classe, il permet aussi de réaliser des cartes utiles à l’enseignement, en amont du travail réalisé avec ou par les élèves. Nous exposons ici, pas à pas, les différentes étapes de la réalisation d’une telle carte.
Elle aborde le thème de la mondialisation et est centrée sur l’Asie orientale

1. En quête des données

Le travail avec un système d’information géographique requiert de disposer de deux types de données : des couches d’information géographiques et des statistiques. Ces dernières sont, dans la plupart des cas, accessibles sur des bases données disponibles en ligne.

1.1. Données statistiques

Les données relatives au développement humain sont issues du site du Programme des Nations Unis pour le Développement. Il permet d’avoir accès au rapport sur le développement humain 2014 ainsi qu’aux précédents rapports et aux publications régionales. Nous avons pu ainsi réunir des données nationales et infranationales relatives à l’Asie de l’Est et établies sur le même mode de calcul.
Echelle nationale :
- le rapport annuel sur le développement humain 2010.
Echelle infranationale :
- le rapport national sur le développement humain du Cambodge de 2011 ;
- le rapport national sur le développement humain de Mongolie de 2011 ;
- le rapport national sur le développement humain de la Fédération de Russie de 2013 ;
- le rapport sur le développement humain de la République Populaire de Chine de 2013.

Les données relatives à la mondialisation sont issues de sources plus diverses :
- le site de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement permet d’accéder à des statistiques sur les investissements directs étrangers ;
- la base de données statistiques du site de l’Organisation Mondiale du Commerce nous a renseigné sur les importations et les exportations en valeur des pays d’Asie de l’Est ;
- le site de l’American Association of Port Authorities établit régulièrement un classement du trafic des ports mondiaux en fonction du tonnage et du nombre de conteneurs manutentionnés ;
- le magazine Fortune présente également un classement des firmes mondiales en fonction de leurs recettes. Il nous a permis d’établir une liste des grandes entreprises localisées en Asie de l’Est ;
- le Global and World Cities Research Network publie enfin régulièrement un classement des villes globales établi en fonction de l’importance de leurs services supérieurs et de leur degré d’intégration dans le réseau des-dites villes globales.

Les données relatives à la population des grandes villes de l’Asie de l’Est sont issues du site PopulationData.net. Seules les villes dont la population est supérieure à 5 millions d’habitants ont été prises en compte.

1.2. Couches d’information géographiques

Il s’agit avant tout de couches au format vectoriel, c’est-à-dire des couches qui représentent des entités ponctuelles ou linéaires ou surfaciques. A ces entités seront associées les données statistiques. Nous actualisons régulièrement une base de sites qui permet de télécharger de telles couches. Aussi est-il aisé de réunir les couches nécessaires à notre travail :
- une couche avec les différents Etats à l’échelle mondiale que nous téléchargeons sur une base de données du Programme des Nations Unies pour l’Environnement parce que les Etats peuvent être aisément regroupés par grands ensembles géographiques ;
- une couche avec les entités administratives infranationales pour chacun des Etats pour lesquels nous disposons de telles données statistiques (Cambodge, Fédération de Russie, Mongolie et République Populaire de Chine).

Par ailleurs, le site Natural Earth permet de télécharger les couches nécessaires à l’affichage, d’une part, des méridiens et des parallèles et, d’autre part, de l’équateur, des tropiques, des cercles polaires et de la ligne internationale de changement de date.

Les couches qui permettent enfin d’afficher les ports, les grandes villes et les métropoles de l’Asie de l’Est ne sont pas téléchargées mais créés à partir de leurs coordonnées géographiques selon la méthode décrite dans ce tutoriel.

2. Mise en forme des données

Chaque couche vectorielle comporte une table attributaire dans laquelle sont regroupées les données qui sont associés à chacune des entités de la couche. Il est possible de modifier cette table selon deux méthodes. La première consiste à créer un tableau de données dans un tableur puis à réaliser une jointure entre ce tableau de données et la table attributaire d’origine selon la méthode décrite dans ce tutoriel. La seconde consiste à modifier directement la table d’origine en créant, comme dans un tableur, une nouvelle colonne et en saisissant manuellement les données désirées.

Lorsque les statistiques à associer à la table attributaire sont multiples, il est préférable de recourir à la première méthode. C’est, par exemple, ce que nous avons réalisé avec la couche Etats_Asie_Est_IDH dont la table attributaire initiale a été complétée avec plusieurs données (IDH en 2013, en 2010, IDE entrants et sortants en valeur en 2012, importations et exportations en valeur en 2012). A l’inverse, notamment pour les données relatives aux IDH infranationaux, nous avons modifié directement la table attributaire de la couche considérée.

Dans le cas des couches créés à l’aide des coordonnées géographiques des points à afficher (ports, villes globales, grandes villes), les statistiques sont directement associées, dans le tableur, aux coordonnées si bien qu’aucune modification de la table attributaire n’est à réaliser. Dès sa création, la couche est prête à l’emploi.
Voici, pour exemple, le fichier qui a permis de créer la couche vectorielle intitulée Ports_Trafic_TEU_2012.shp :

Comma Separated Values - 1.2 ko
Coordonnées et données - Ports

3. Téléchargement des données

Les données "prêtes à l’emploi" sont listées ci-dessous. Pour chacune d’elle, le ou les attributs qui ont trait au développement humain ou à l’intégration à la mondialisation de l’Asie de l’Est sont explicités.

3.1 Figurés ponctuels

- Sieges_sociaux_Global500_2014.shp
Attribut : GLOBAL2014 (Nombre de sièges sociaux d’entreprises présentes dans le classement GlobalFortune 500 en 2014).
- Global_Cities_GaWC_2012.shp
Attributs :
GaWC2012 (Catégorie de ville globale selon la typologie établie par le GaWC Research Network) ;
RANG (Il est fixé de 1 (catégorie Gamma -) à 9 (catégorie Alpha +)).
- Megapoles_5Mhab_Population_2014.shp
Attribut : POP2014 (Population en 2014 des grandes villes de plus de 5 millions d’habitants).
- Ports_Trafic_TEU_2012.shp
Attribut : TEU_2012 (Trafic portuaire en nombre de conteneurs EVP en 2012).

3.2 Figurés surfaciques

Echelle infranationale :
- Cambodge_Provinces_IDH2010.shp
- Russie_Provinces_Orientales_IDH2010.shp
- Mongolie_Provinces_IDH2010.shp
- Chine_Provinces_IDH2010.shp
Attribut : IDH_2010 (Indicateur du Développement Humain en 2010).

Echelle nationale :
- Etats_Asie_Est_IDH.shp
Attributs :
IDH13 (Indice de Développement Humain en 2013) ;
IDH2010 (Indice de Développement Humain en 2010) ;
IMP12 (Importations en 2012 en millions de US$) ;
EXP2012 (Exportations en 2012 en millions de US$) ;
IDEIN12 (Investissements directs étrangers entrants en 2012 en millions de US$) ;
IDEEXT12 (Investissements directs étrangers sortants en 2012 en millions de US$).

PNG - 8.9 ko
Cliquez pour télécharger le jeu de données

4. Des données à la carte

4.1 Problématique

La mondialisation est un des thèmes centraux des programmes de Géographie de Terminale aussi bien dans la filière générale que technologique. C’est par ailleurs le fil rouge du programme de Géographie de 4e au collège.
Pour prendre l’exemple du programme de Géographie de Terminale S, les Ressources éduscol mettent en avant l"inégale intégration des territoires à la mondialisation" et soulignent la nécessité d’une approche multiscalaire pour mettre en évidence les "espaces majeurs de la mondialisation " que sont "les villes mondiales, les mégalopoles et les façades maritimes" ainsi que lers "disparités socio-spatiales". Parmi les "aires de puissance", l’Asie orientale présente une "dimension polycentrique" qui nous paraît particulièrement intéressante pour mettre en évidence une éventuelle relation entre les centres d’impulsion de la mondialisation et les disparités précédemment évoquées. La carte présentée ci-dessous s’attache donc à déterminer si les centres d’impulsion de la mondialisation en Asie orientale, notamment les villes globales, sont également des pôles de développement.

4.2 Choix cartographiques

Nous avons fait le choix de mesurer les disparités socio-spatiales à travers l’indice de développement humain. Cet indicateur ne peut bien évidemment pas traduire les différentes inégalités socio-spatiales. Sans prise en compte de la dimension politique, il n’aborde ainsi pas toutes les dimensions du développement humain. De même, il ne saurait être un indicateur tout à fait pertinent pour traduire un mode durable de développement des territoires concernés. Par ailleurs, des données nationales et infranationales cohabitent sur la carte. Ce choix a vocation à permettre une lecture plus fine des relations entre centres d’impulsion de la mondialisation et niveau de développement humain.
L’insertion des territoires dans la mondialisation est traduite par les flux de marchandises représentées par les principales routes maritimes qui sillonnent l’Asie de l’Est et les flux d’invisibles. Ces derniers sont suggérés par la représentation des principales villes mondiales (catégories Alpha - à Alpha +) du classement établi par le GaWC Research Network. Données qualitatives, ces dernières sont cependant représentées sous la forme de données quantitatives afin de permettre par transparence la lecture du niveau de développement des territoires dans lesquelles elles s’insèrent. Il s’agit également de ne pas rendre la lecture de la carte plus difficile avec l’utilisation d’un autre dégradé de couleurs que celui employé pour représenter le niveau de développement humain.
La projection, centrée sur l’Asie, suggère enfin les relations de l’Asie orientale avec les deux autres aires de puissance mondiale.

4.3 Réalisation de la carte

A l’aide du composeur d’impression de QGIS, une vue de l’espace de travail du logiciel est insérée. Elle est complétée par des zones de textes afin d’ajouter une nomenclature à notre carte. Un outil Légende reprend le nom des couches d’information. Elles font l’objet d’une reformulation puis d’un classement dans un dossier dont le titre est l’une des sous-parties de la légende. Cette dernière peut donc être hiérarchisée à volonté. Différentes zones de texte permettent enfin d’insérer un titre, une échelle ainsi que des commentaires dont une courte présentation des données.

4.4 Carte

Zip - 6.2 Mo
Carte (formats svg, png et pdf)