Vous êtes ici : Accueil > Ressources pour les enseignants > Se documenter > Ressources scientifiques > Le port du Havre, un lieu d’échanges entre la terre et la mer
Publié : 12 septembre 2013

Le port du Havre, un lieu d’échanges entre la terre et la mer

Vue panoramique du Havre depuis le plateau de Cauvriauville

Le port n’est plus aujourd’hui qu’exceptionnellement un lieu de sauvegarde pour les navires. Le passage des marchandises, leur commerce et leur transformation représentent les principales activités portuaires. Ces activités s’exercent dans un espace géographique qui associe, à grande échelle, un port et une ville et, à une plus petite échelle, un arrière et un avant-pays.

Point de rupture de charge entre la terre et la mer, le port a besoin de nombreux équipements pour fonctionner. L’accueil des navires nécessite des infrastructures lourdes : chenal d’accès au port, digues de protection contre la mer, avant-port, écluses, darses et bassins, quais et postes d’accostage. Les différentes marchandises sont acheminées, manutentionnées, stockées à l’aide d’équipements adaptés : portiques, terre-pleins, hangars, ou silos, pipe-lines, routes, voies ferrées ou fluviales. Des terminaux spécialisés structurent un espace portuaire en constante évolution.

Terminal pétrolier du bassin Théophile Ducrocq
Les immenses réservoirs d’hydrocarbures de la Compagnie Industrielle Maritime offrent les espaces de stockage nécessaires au transit des produits bruts et raffinés acheminés, par pipe-lines, avec l’arrière-pays et, par navires, avec les autres ports mondiaux. En arrière-plan, se détachent les portiques d’un des terminaux à conteneurs de Port 2000.
Terminal de l’Atlantique - Bassin René Coty
Faisant face aux terminaux pétroliers de la Compagnie Industrielle Maritime, ce terminal est spécialisé dans l’accueil des porte-conteneurs. Disposant d’un vaste espace d’entreposage et d’engins dédiés à la manutention de "boîtes" standardisées, les portiques, un tel terminal permet de réduire la durée d’immobilisation des navires et donc d’accroître leur rentabilité.

Le port est aussi une zone industrielle et logistique qui permet la transformation des marchandises qui effectuent un trajet maritime. La Zone Industrialo-Portuaire (ZIP), situé à l’est de l’écluse François Ier regroupe l’essentiel des installations industrielles et logistiques. Le Havre appartient aux grands ports mondiaux car il concentre les trois fonctions essentielles : accueil des navires, manutention des marchandises et fonctions industrielles et logistiques.

Depuis les Trente Glorieuses, le gigantisme des installations portuaires explique la séparation de plus en plus nette entre espace portuaire et espace urbain. Les terminaux à conteneurs sont ainsi localisés à plus de 5 kilomètres du centre-ville alors que les bassins les plus anciens (bassins du Roi, du Commerce, ...), trop petits pour permettre une activité maritime, sont totalement intégrés à l’espace urbain. Les bassins proches du centre ville (du Commerce, Vauban) disposent de fonctions récréatives (anneaux pour les plaisanciers, écoles de voile, entrainement de kayak-polo). Le quartier des Docks a bénéficié quant à lui d’une opération de rénovation urbaine initiée avec le soutien financier du programme d’initiative européenne Urban II entre 2000 et 2006. Comparable à d’autres reconversions de waterfronts, celle-ci s’est accompagné d’une citysation du quartier doublée d’un mouvement de gentryfication. Quelques zones se situent cependant encore à cheval entre la ville et le port comme le quartier des Neiges.

Activités portuaires et émergence d’un nouveau centre urbain au Havre

Autres formats disponibles :

Activités portuaires et émergence d’un nouveau centre urbain au Havre
Activités portuaires et émergence d’un nouveau centre urbain au Havre

Loin du port moderne, la ville joue cependant un rôle de première importance. Elle concentre une grande partie des fonctions de commandement ou de contrôle de l’activité portuaire dans un périmètre relativement étroit autour des bassins de La Barre et Vauban. Ces services directement impliqués dans l’activité portuaire sont aussi bien publics (Grand Port Maritime du Havre, douane, affaires maritimes) que privés. D’autres activités urbaines, moins directement liées au port, participent néanmoins à développer un environnement favorable à l’activité portuaire, notamment l’enseignement supérieur et la recherche (Université, Ecole Nationale Supérieure Maritime, Ecole de Management de Normandie, Institut Supérieur des Etudes Logistiques, Sciences Po, ...), ou plus simplement encore par un cadre de vie agréable (plage, port de plaisance). A l’instar d’autres métropoles nationales, c’est ce cadre et l’environnement économique que les autorités municipales promeuvent par le biais du marketing territorial dans le but d’attirer les cadres des fonctions métropolitaines. De riches fonctions urbaines constituent en effet aujourd’hui l’une des clés du développement des métropoles portuaires.