Vous êtes ici : Accueil > Ressources pour les enseignants > Se former > Se former à distance > Analyser une oeuvre d’art avec un tableau blanc interactif, un (...)
Publié : 1er mai 2011

Analyser une oeuvre d’art avec un tableau blanc interactif, un exemple

Le document ci-dessous présente quelques pistes d’usage pédagogique d’un tableau interactif pour analyser une œuvre d’art, le retable des Sept Sacrements de Rogier van der Weyden.

Comme toute autre œuvre, ce retable nécessite de confronter les élèves, leurs représentations mais aussi leurs structurations encore inachevées du temps et de l’espace, avec la vision d’un artiste. Or ces conceptions sont parfois très éloignées. Si les différences de dimensions sont aisément perçues par un élève de 5e comme significatives d’importances ou de statuts inégaux, il n’en est pas de même de la conception "feuilletée" du temps (J. Baschet) [1]. La rencontre entre les élèves et l’auteur est encore compliquée par la problématique historique introduite par le professeur. [2]

Il nous a semblé intéressant d’élaborer un document interprétatif compréhensible par les élèves et le professeur. Une représentation en plan du retable élaborée collectivement et progressivement nous a paru la plus pertinente. Il est apparu dans le cas présent en effet difficile de faire travailler les élèves en totale autonomie. Ils sont cependant conduits à proposer leurs interprétations élaborées individuellement ou en groupe lors des différentes étapes du travail. Celles-ci demeurent somme toute classiques puisqu’à la présentation du retable ont succédé dans l’ordre sa description puis son interprétation. Ce sont une partie de ces deux dernières étapes qui sont présentées dans la vidéo :
- élaboration du plan de l’église représentée sur le retable ;
- description-interprétation des groupes de personnages.

Lors de la réalisation du schéma interprétatif, l’usage d’un tableau numérique interactif a présenté de nombreux atouts :
- sa souplesse d’utilisation autorise les erreurs de la part des élèves. Celles-ci ne sont plus alors préjudiciables à la réalisation du document interprétatif. Un certain apprentissage par l’erreur peut alors s’instaurer sans perte excessive de temps ;
- sa souplesse d’utilisation facilite également la comparaison des documents ;
- l’enregistrement du document permet de le reprendre au cours suivant ;
- les outils disponibles, notamment le nombre de couleurs disponibles, permettent de rendre le document plus clair et, surtout, de travailler sur sa mémorisation.

Notes

[1Par exemple, Baschet J., La chrétienté médiévale. Représentations et pratiques sociales, Documentation photographique, 8047, La documentation Française, 2005, p. 38-39.

[2En l’occurrence, celle-ci est la suivante : "Quel est le rôle du clergé séculier auprès des fidèles ?". La séquence, étalée sur deux heures, prend place dans le nouveau programme de 5e d’histoire dans le thème intitulé La place de l’Eglise (Partie II Thème 3).