Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Histoire-Géographie : Cycle 4 > 5e > Étudier la chrétienté occidentale en 5è
Publié : 3 juillet 2009

Étudier la chrétienté occidentale en 5è

LA CHRÉTIENTÉ
AU MOYEN ÂGE

 

Présentation
des leçons

N’enseignant pas
en 6e cette année, je vais vous présenter deux leçons d’histoire
que j’ai « expérimentées » en 5e.
Ce n’est pas tant le programme qui importe que ma démarche dans
l’esprit des nouveaux programmes et les capacités que j’essaie
de faire acquérir à mes élèves, à savoir
leurs capacités à s’exprimer et à rédiger.
Ces deux leçons s’inscrivent dans la 2e partie du programme d’histoire
intitulée La chrétienté occidentale dans le programme
actuel et L’occident féodal dans le nouveau programme.
La place de l’Église constitue le premier thème du programme actuel,
le troisième du nouveau programme. J’ai conservé les intitulés
du programme actuel mais privilégié les attentes du nouveau programme
concernant les démarches et les capacités.
Pour traiter de la place de l’Église, je suis
donc partie de l’exemple d’une abbaye à proximité
de notre collège : l’abbaye Saint-Georges de Boscherville,
une abbaye bénédictine fondée au début du XIIe siècle.


J’ai organisé une visite de cette abbaye afin que mes élèves
puissent mesurer le rôle à la fois spirituel, économique,
politique et social de l’Église. Cette visite leur a permis également
de découvrir un bel exemple d’abbatiale romane et de salle capitulaire
gothique.
En conduisant cette étude de la place de l’Église au Moyen Âge
à partir d’un lieu visité, il me semble que j’ai davantage
incarné mon enseignement et que mes élèves ont pu s’approcher
plus concrètement des « acteurs de l’histoire », des
seigneurs fondateurs, des abbés et des moines bénédictins
de cette abbaye.
Aussi pour développer les capacités à s’exprimer
et à rédiger de mes élèves, je les ai fait travailler
le plus souvent en petits groupes dans lesquels ils ont pu échanger,
se concerter et élaborer la majeure partie de la trace écrite
des leçons.

 


Télécharger
la fiche-élève pour la visite de l’abbaye

PDF - 2.7 Mo


Au retour de la visite de
l’abbaye je fais noter le titre de la 2e partie du programme d’histoire
 :


La chrétienté occidentale

Et nous reprenons rapidement
les fiches complétées lors de la visite de l’abbaye pour
convenir d’une définition de l’abbaye à l’aide
d’un document récapitulatif.

  • Des moines qui prient, qui chantent, qui lisent, qui écrivent…= un lieu de prière et d’étude = (un centre spirituel et intellectuel)
  • Des moines qui obéissent à un abbé qui peut les punir et qui juge et punit aussi les gens qui vivent sur le domaine de l’abbaye (une prison, un tribunal), des seigneurs de Tancarville qui tiennent leurs assemblées dans l’enceinte de l’abbaye… = un lieu de pouvoir = (un centre politique)
  • des terres, des dîmes dans la vallée de la Seine et dans le pays de Caux, un atelier de charpenterie, une tonnellerie, des fours, une carrière, un moulin à vent…. = une riche entreprise économique
  • Des moines qui distribue du pain aux pauvres (une hôtellerie), une infirmerie pour les malades…= un centre de secours

Après cette définition
je fais noter le titre du thème :

I - La place de
l’Église au Moyen Âge

Et je fais réagir
les élèves sur la pertinence du titre par rapport à la
visite : l’Église est-ce seulement des moines et des abbés
 ? Des monastères et des abbayes ?

  • Non, c’est aussi les curés, l’église à côté du collège, la cathédrale, les évêques, le pape….

A partir de leurs réponses
j’explique la différence entre clergé séculier et
clergé régulier et les élèves complètent
un schéma simple de l’organisation de l’Église :

Une fois ce schéma
complété je commence ma leçon sur l’encadrement spirituel
des fidèles par l’Église.

Je demande aux élèves
de me rappeler les raisons qui ont conduit les seigneurs de Tancarville à
fonder d’abord une collégiale puis une abbaye à Boscherville.

  • Disposer de religieux qui prient pour les morts de la famille, faire accepter un mariage par l’Église.

Pourquoi est-ce aussi important
de prier pour les morts ? ou d’obtenir l’accord de l’Église
pour un mariage ? Que risque-t-on si on ne prie pas ou si on se passe de l’accord
de l’Église pour se marier ? Pour répondre à cette
question les élèves disposent d’un document sur le Jugement
dernier.

Le chrétien craignant
le Jugement dernier, veut échapper à l’enfer, aller au paradis,
obtenir le salut éternel : il attend donc de l’Église des
instruments de salut.

Après la correction
les élèves notent le titre- question :

A - Quels sont
les instruments de salut fournis par l’Église ?

Pour répondre à
cette question les élèves disposent d’un dossier documentaire
constitué en partie de documents de leur manuel.
Les élèves travaillent par groupe de trois. Je passe de groupe
en groupe pour conseiller et valider les réponses.

Le dossier
documentaire

PDF - 891.8 ko


Questions :
1. Comment les seigneurs de Tancarville, Raoul et Guillaume, assurent-ils leur
salut et celui de leur famille ? (doc 1)
2. Citez quelques sacrements et obligations qui mènent les chrétiens
sur la voie du salut ? (documents 2 et 3)
3. De quel autre moyen le chrétien dispose-t-il pour se faire pardonner
ses péchés et échapper à l’enfer ? (doc 4)
4. Quelle est l’attitude de l’Église à l’égard
de ceux qui cherchent d’autres voies de salut que les siennes ? (doc 5)

Mise en commun
 :

Chacun des groupes donne une ou deux réponses validées. J’ajoute
éventuellement quelques précisions.

1. Les Tancarville installent
des moines à Boscherville qui prient pour leur salut.

2. Les sacrements comme
le baptême, la communion, la confession, la pénitence mènent
aussi sur la voie du salut.

3. Le pèlerinage
est une des façons de faire pénitence
Ajout : les lieux les plus importants de pèlerinage sont ceux de Saint-Jacques-de-Compostelle,
de Rome et de Jérusalem.

4. L’Église
persécute les hérétiques.
Ajout : Ils sont excommuniés, exclus de la communauté chrétienne.

 

Je commence ma 2e
séance sur la place de l’Église au Moyen Âge en interrogeant
un élève sur la leçon précédente :

  • Que redoute un chrétien  ?
  • Qu’attend-il de l’Église ?
  • Quels instruments de salut l’Église lui fournit-elle ?

Je demande ensuite à
l’ensemble des élèves quelle est, d’après eux,
la forme de vie chrétienne la plus parfaite pour que s’ouvrent
les portes du ciel :

  • Etre curé, religieux, pape, moine…

Je fais noter le titre
de la leçon :

B - Être
moine au Moyen Âge

Les élèves
disposent des fiches complétées lors de la visite de l’abbaye.
Egalement ils ont l’emploi du temps d’un moine cistercien de l’abbaye
de Fontenay dans leur manuel.

Je fais d’abord un
point sur l’existence de différents ordres religieux : bénédictin
comme à Boscherville, cistercien comme à Fontenay. J’explique
qu’au moment même où Guillaume de Tancarville fonde une abbaye
bénédictine à Boscherville, Saint Bernard combat pour que
les moines respectent la règle de Saint Benoît comme à Cîteaux.
Pour que les élèves retiennent cette mise au point, nous reprenons
la frise chronologique complétée à la fin de la visite
de l’abbaye. Les élèves ajoutent : Bernard de Clairvaux
(1090-1153) promoteur de l’ordre cistercien.

Les élèves
font ensuite un récapitulatif rapide de la vie quotidienne d’un
moine de l’abbaye
Saint-Georges à l’aide des fiches complétées sur
place et du doc de leur manuel.

Après correction
de la fiche, les élèves par groupes de trois, rédigent
un texte dans lequel ils vont décrire l’abbaye visitée et
expliquer son organisation.

Imaginez
que vous êtes un moine de choeur de l’abbaye Saint-Georges
de Boscherville.

  • Présentez-vous dans une phrase d’introduction sur ce modèle :
    L’an … (une année de la fin du XIIe siècle), moi, frère … (choisissez-vous un prénom), de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville, je vous invite à découvrir mon abbaye et ma vie quotidienne.
  • Indiquez vos origines et les raisons de votre présence dans cette abbaye. (inspirez-vous du doc joint)
  • Racontez vos occupations de la matinée jusqu’au repas du midi en décrivant les lieux où vous vous trouvez, en particulier l’église et la salle capitulaire.
  • Enfin dites pourquoi la vie que vous menez, vous semble la forme de vie la plus parfaite.

Doc joint :

Quelques noms
de moines du XIIe siècle nous sont parvenus […]. La plupart
étaient des fils de familles nobles du pays, appartenant à
l’entourage des Chambellans de Tancarville. En vertu du droit de
succession normand qui faisait de l’aîné le principal
héritier, il n’y avait souvent d’autre destin pour
les cadets que d’entrer dans la vie monastique à leur majorité
 : tel Guillaume, un fils de la famille de la Rivière, qui reçut
la tonsure à Saint-Georges à l’âge de dix-huit
ans.

D’après
J. Le Maho, Saint-Georges de Boscherville 2000d’histoire, ATAR 1998


Pendant ce travail de rédaction, je passe de groupe en groupe pour conseiller
et valider. À la fin de la séance, les travaux sont ramassés.
Ils sont corrigés, notés et photocopiés de sorte que chaque
élève dispose d’une trace écrite.

 

 


Téléchargez
les quatre fiches à imprimer au format .pdf

Présentation des leçons
La visite de l’abbaye
Au retour de la visite
La place de l’Église
PDF - 6.9 ko
PDF - 2.7 Mo
PDF - 1.3 Mo
PDF - 821.7 ko