Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Histoire-Géographie : Cycle 3 > 6e > Mon espace proche : paysages et territoire

Documents joints

  • Fiche de synthèse, PDF, 586 ko

    Fiche explicative distribuée lors des réunions de bassin

Publié : 21 mai 2009

Mon espace proche : paysages et territoire

Programme de géographie de sixième :

MON ESPACE PROCHE : PAYSAGES ET TERRITOIRE

Proposition de mise en oeuvre

Extraits du programme :
« Connaissances : lecture des paysages quotidiens et découverte du territoire proche : lieux, quartiers, réseaux de transports ... Cet espace proche est situé à différentes échelles ...
Démarches : cette étude amène les élèves à manipuler des documents du quotidien : plan du quartier et de la ville, plan des réseaux de transports, carte touristique, un système d’information géographique (SIG) d’usage courant ... La réalisation de croquis simples permet de rendre compte du paysage et/ou du territoire local »
.

Cette première partie du programme de géographie présente une nouvelle approche absente des programmes de 1996. Elle n’est pas un retour aux versions antérieures où les élèves de sixième devaient consacrer une partie de leur année à « l’étude du milieu local ». Il s’agit à la fois d’une nouveauté et d’une continuité puisque l’on retrouve l’étude du paysage associée à des éléments neufs : la suggestion d’une sortie sur le terrain pour une première approche du paysage et un travail à partir d’un SIG afin d’affirmer la notion de territoire.

Cet espace proche n’est pas sans poser de problème et il dépend de la situation de l’établissement : zone urbaine, périurbain, rurale ... La séquence présentée correspond à un établissement situé en zone urbaine et l’espace proche du collège correspond alors au quartier qui environne l’établissement : un hypercentre.

L’article suivant propose une démarche pour une mise en oeuvre de cette partie du programme qui représente une innovation importante par rapport aux programmes antérieurs. Les choix qui ont guidés à la construction de la séquence sont :
- une démarche inductive ayant le souci de partir du concret (le terrain) pour aller vers l’abstrait (le globe virtuel puis le croquis).
- une séquence organisée en trois moments : parcourir, localiser, représenter (qui peuvent être trois heures), ce qui laisse encore un peu de temps pour compléter les capacités exigées par le programme ou pour l’évaluation.
- l’utilisation d’outils TIC : globes virtuels, géoportail. L’objet de cet arcticle étant de mettre en avant l’usage des TIC, cette utilisation sera expliciter davantage.

Séance 1 : PARCOURIR l’environnement du collège :

Objectifs : découvrir le quartier environnant l’établissement.Pendant la sortie les élèves parcourent toute ou partie de l’environnement proche du collège. La finalité du parcours peut être différente en fonction de l’environnement de l’établissement central. En zone urbaine, il doit permettre de mettre en valeur les particularités du quartier (par exemple les fonctions de l’hypercentre), le réseau de transport ... Si cela est possible (présence d’un belvédère) une vue d’ensemble peut être privilégiée pour la réalisation d’un croquis individualisant différentes unités paysagères..

Activités pour les élèves : variables suivant le temps consacré à la sortie, on pourrait envisager :
- un simple parcours avec collecte d’informations et relevé du parcours effectué sur un plan de la ville..
- un travail par groupe avec réalisation d’une collection de photographies prises par le groupe d’élèves (option TIC)
- un parcours avec réalisation de dessins, analyse de paysages ... (option longue durée) ...

Supports à privilégier :
- extrait du plan de la ville
- extrait de carte topographique (voir site Géoportail de l’IGN).

GIF - 103.9 ko
Plan du Havre

Séance 2 : LOCALISER le collège à plusieurs échelles

Supports à privilégier :
- un globe
- un globe virtuel (du type Google earth ou Virtual Earth)

JPEG - 32.8 ko

Objectifs : se repérer à l’aide d’un globe virtuel en partant de identl’environnement local pour arriver à la petite échelle. Le globe virtuel est utilisé pour passer de la réalité sensible (entrevue lors de la sortie) à une premiére forme d’abstraction, celle du globe. A cet effet, Virtual earth propose des vues en 3D très intéressantes (en zone urbaine) qui permettent, à partir d’une vue aérienne oblique, de voir en 3D les rues, les bâtiments des façades. Par le biais de ce SIG, on peut donc passer "en douceur" du concret (perçu lors de la sortie) à une abstraction (le globe virtuel) qui va se construire très progressivement

JPEG - 105 ko
Vue aérienne oblique du Havre
Copie d’écran de Virtual Earth 3D

Pour établir un lien avec la sortie, on utilise une fonctionnalité présente sur les deux globes virtuels : l’indexation de repères qui peuvent être créés par les élèves (ou au préalable par le professeur) et l’outil servant à mesurer des distances d’un point à un autre.

Keyhole Markup Language - 5.2 ko
Repères Géo Six
Les repères utilisés pour les changements d’écehelle

Activités pour les élèves : en une heure, ils doivent réinvestir des informations tirées de la sortie et localiser leur établissement (ou leur habitation) à plusieurs échelles. Les copies d’écran présentées proviennent du globe virtuel Google earth.

On peut envisager deux types de séance en fonction du matériel disponible dans l’établissement :

En classe, avec vidéoprojecteur et connexion internet

1. utilisation d’un SIG qui se lance automatiquement sur la localisation du collège
2. le professeur a préparé une série de repères qui permettent aux élèves de parcourir de nouveau le trajet parcouru lors de la sortie. Si les élèves ont pris des photographies numériques, ils peuvent les placer sur le globe virtuel.
3. Lors de la séance précédente, le professeur a relevé les adresses des élèves. Il les a référencé ensuite sous la forme de repères qui servent à effectuer quelques mesures (le plus près, le plus éloigné ...).

il mesure la distance entre le repËre enregistrÈ et l’Ètablissement (Èventuellement, il envoie le repËre vers un rÈpertoire partagÈ ou bien via une messagerie)
localiser l’Ètablissement scolaire ‡ diffÈrentes Èchelles
4. Le professeur utilise des repères à différentes échelles pour obtenir des cadrages différents. Le logiciel est réglé de manière à faire apparaître les frontières et les noms des régions, des états. Les élèves proposent, dans le cadre d’un cours dialogué, les différentes localisations en privilégiant l’usage des points cardinaux.

En salle informatique, avec connexion internet
1. utilisation d’un SIG qui se lance automatiquement sur la localisation du collège
2. le professeur a préparé une série de repères qui permettent aux élèves de parcourir de nouveau le trajet parcouru lors de la sortie. Si les élèves ont pris des photographies numériques, ils peuvent les placer sur le globe virtuel.
3. l’élève doit installer et enregistrer un repère correspondant à son logement actuel, il mesure la distance entre le repère enregistré et l’établissement (éventuellement, il envoie le repère vers un répertoire partagé ou bien via une messagerie)
4. En demandant à l’élève de cliquer sur différents repères, on peut changer l’échelle et demander à l’élève de repérer le collège à différentes échelles : régionale, nationale, continentale, mondiale. Il utilise pour cela les tracés des limites administratives (limites des régions de programme, des états) ou lignes fondamentales, visibles sur le globe virtuel et rédige pour chacune, une localisation en s’aidant, éventuellement, d’un atlas ou du manuel de la classe.


Exemple de trace écrite réalisable à partir de trois repérages différents (voir copies d’écrans ) :

Repère 1 : mon collège se trouve au Nord de la Haute-Normandie , les régions limitrophes sont :
l’Ile-de-France, la Picardie, le Centre, la Basse-Normandie.

JPEG - 168.4 ko

Repère 2 : mon collège se trouve au Nord de la France, les pays limitrophes de la France sont : la Belgique, l’Allemagne, le Luxembourg, la Suisse, l’Italie, l’Espagne

JPEG - 126.7 ko

Repère : mon collège se trouve à l’ouest du continent européen dans l’hémisphère nord

JPEG - 180.5 ko

En fin de séance ou en travail personnel à la maison, un travail de repérage identique est demandé, cette fois à partir de cartes ou planisphères.

Séance 3 REPRESENTER l’environnement du collège :

Objectifs : réalisation d’un croquis

Activités pour les élèves : à partir de la collection des repères correspondant aux adresses des élèves, le professeur obtient un nuage de points autour de l’établissement qui sert à délimiter la "carte scolaire" de la classe (voir ci-dessous) qui servira ensuite de cadre pour un croquis. Ce cadre est en quelque sorte un territoire définit par l’habitat des élèves de la classe. On peut aussi prendre comme cadre du croquis celui de la sortie.

JPEG - 109.9 ko
copie écran google eath
Les différentes punaises correspondent aux adresses des fournis par les élèves d’une classe

Les élèves peuvent être répartis par groupes pour travailler sur documents à partir de thématiques différentes :
- recenser les lieux emblématiques entrevus lors de la sortie ou bien sur des documents annexes (carte IGN),
- représenter les infrastructures utilisées pour les déplacements recensés à partir de documents variés tels que : carte IGN disponible à différentes échelles via le Géoporail de l’IGN (voierie, routes, gares ...), mais aussi cartographie des réseaux de transport (par exemple réseau de bus).

JPEG - 194.2 ko
Carte IGN
Carte tirée du site de l’IGN

- découper l’espace concerné en grands ensembles (zone urbaine en rose, zone industrialo-portuaire en hachures, zone périurbaine en jaune, traits pour axes de transport et triangle pour lieux emblématiques). S’agissant du premier croquis de l’année, la légende est simplifiée le plus possible mais privilégie l’association de représentations liées à des lieux, un réseau et des territoires.

JPEG - 25.5 ko
croquis de l’espace proche

La démarche proposée permet de répondre dans un temps relativement court aux principales capacités évoquées dans le programme. Néanmoins, celles relatives aux calculs d’itinéraire et temps de transport ne sont pas abordées. On peut penser que pour des établissements recrutant en zone rurale, cette capacité sera privilégiée.