Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Réfléchir à ses pratiques pédagogiques > Progressivité des apprentissages > Les stratégies des élèves face à l’évaluation dans le cadre d’un apprentissage : (...)

Les stratégies des élèves face à l’évaluation dans le cadre d’un apprentissage : le paragraphe argumenté

LES STRATÉGIES DES ÉLÉVES FACE À L’ÉVALUATION
DANS LE CADRE D’UN APPRENTISSAGE : LE PARAGRAPHE ARGUMENTÉ.


L’objectif de cette fiche est de fournir des exemples montrant comment
les élèves s’organisent pour réussir l’évaluation
dans le cadre d’un apprentissage précis : le « paragraphe
argumenté ». La progression se fait sur les 4 années
et les exercices donnent lieu à différentes formes d’évaluation.

Les travaux d’élèves choisis illustrent ces stratégies,
les difficultés rencontrées, les étapes du travail, un
aboutissement ou un travail non terminé.


6ème

Initiation à l’argumentation : trouver des arguments pour
montrer un point précis.


Exercice 1. : le style du Parthénon (hist).

La partie du programme traitée : Athènes au Vème siècle : l’Acropole et des exemples d’œuvres littéraires et artistiques ; document : le Parthénon et la frise des Panathénées.
La consigne donnée : Exercice sur la page de gauche du cahier.
Deux questions :
1-Quel est le style architectural du Parthénon ?
2-Quels éléments du bâtiment vous permettent de l’affirmer ?
La forme d’évaluation de l’exercice : Evaluation formative : par appréciation sur le cahier à côté de l’exercice.
Evaluation sommative : un exercice du contrôle de fin de chapitre. Les deux mêmes questions sont posées à propos du temple d’Athéna Niké. Doc. Fournis : photographie du temple, schéma des styles.
Stratégies initiales des élèves : Ils se contentent d’écrire : « Le Parthénon est de style dorique. C’est tout » ou « le Parthénon est de style dorique parce que c’est comme sur la feuille ».
Ils donnent un seul argument.
Les difficultés rencontrées : - qu’est ce qu’un « style » ? Notion difficile car l’élève l’aborde d’emblée par un exemple extérieur à sa culture.
- se référer aux documents distribués montrant quels sont les différents styles architecturaux grecs et leurs caractéristiques. Il est difficile de manipuler deux sources d’informations et de les mettre en parallèle ;
- trouver les mots pour décrire.

Les solutions trouvées en classe :
- rappeler aux élèves qu’ils disposent de documents pour s’aider ;
- les placer dans la position du guide qui doit non seulement mettre des mots sur les choses (le style, les parties du monument), mais en plus montrer (c’est dorique parce que vous voyez ça, et ça, et ça).
- utiliser le vocabulaire figurant sur les schémas.
Ce qui reste à approfondir. - la rédaction surtout car :
a) l’élève ne donne pas beaucoup d’arguments : 1, 2, rarement 3.
b) l’élève établit une liste plus qu’il ne rédige.

 

Exercice 2 : les
élections municipales, un moment de démocratie (edc).

 

La partie du programme traitée : L’élève et la citoyenneté – la qualité de citoyen dans le cadre de la commune et l’apprentissage de la citoyenneté (listes de candidats, …).
Objectif : Etablir un parallèle avec la démocratie athénienne, son fonctionnement, ses limites.
A travers cet exercice :
- consolider l’apprentissage des notions de « démocratie » et de « citoyenneté » ;
- mettre l’élève en contact avec sa commune ou des citoyens, des candidats de la commune ;
- découvrir ou redécouvrir l’idée que l’organisation d’élections ne suffit pas à définir une démocratie, mais que celle-ci s’accompagne en France de la pluralité, du respect de la majorité, d’un fort pourcentage de citoyens dans la population.
La consigne donnée : 1) Travail à la maison : trouver et apporter un document parlant des élections municipales dans votre commune ou à proximité.
2) En classe :
a) Vérification de la connaissance du sens du mot « démocratie » ;
b) Préparer une présentation orale du document (beaucoup de liberté est laissée aux élèves sur cette question)
c) Préparer une réponse à la question : ce document montre-t-il que ces élections sont démocratiques ? En quoi ?
3) Travail à la maison pour la fois suivante : rédiger quelques lignes pour le résumé du I de la leçon « Les élections : un moment de démocratie » + classer dans l’ordre des photographies présentant les différentes étapes du scrutin.
La forme d’évaluation de l’exercice : Evaluation formative/sommative : trois points sont évalués
1-La connaissance de la notion de « démocratie » (connaissance).
2-L’apport d’un document (attitude).
3-L’intervention orale globale (capacité).
Les difficultés rencontrées : - Dans une classe, beaucoup. Une grosse difficulté à entrer dans l’exercice. En effet, très peu d’élèves ont apporté de documents. Ils ont du mal à se mettre au travail avec le document que je leur prête.
- Dans l’autre classe, les élèves pensent rarement à autre chose que la participation des citoyens au choix de leurs représentants comme signe de démocratie. Ils disent, par exemple bien que leur document est le tract d’une des deux listes candidates, mais ne pensent pas qu’avoir le choix est signe de démocratie…
Stratégies initiales des élèves :

Aller
retrouver dans le cahier le sens du mot « démocratie »,
qu’ils pressentent, sans pouvoir le définir exactement. 
Dans la première classe, stratégie d’évitement :
essayer de ne pas faire l’exercice.
Dans la seconde classe :
a) beaucoup de plaisir à parler de leur document, de comment ils
l’ont obtenu ;
b) certains copient ce qu’ont fait les autres : ça ne
marche que si leur document ressemble ;
c) ils reprennent un argument qui fonctionne : la plupart des inscrits
ont voté. Ce sont les habitants qui choisissent leurs représentants.

Les élèves
s’abritent derrière du connu.


Les solutions trouvées en classe :
- au début, on ancre cet élément juste ;
- dans les présentations suivantes, intégration d’un autre élément signe de démocratie ;
- à la fin, le groupe classe doit trouver cet autre élément, si l’élève passant à l’oral ne le fait pas.
Ce qui reste à approfondir. - la consolidation de ces signes de démocratie à travers la correction de l’exercice de classement des étapes du scrutin, la rédaction du résumé, puis l’apprentissage de la leçon.


5ème

L’objectif
d’année serait double : d’une part, acquérir
la capacité de relever dans un, puis 2 documents des arguments pour montrer
une idée.
D’autre part, de savoir rédiger un petit texte argumentatif.

La partie du programme traitée : L’Afrique, petit exercice d’introduction.
Démarche : Des paysages africains sont projetés au tableau.
Les élèves doivent :
indiquer pour chaque image quelques mots ;
noter si, selon eux, la photographie a été prise en Afrique ou non.
Objectif : Interpeller les élèves.
Introduire l’idée de diversité de l’Afrique.
Ce que cela apprend aux élèves en plus : L’impossibilité de contredire un fait : tel paysage est en Afrique même si j’ai du mal à le croire.

 

La partie du programme traitée : L’Asie, l’Inde, la Chine – Les contrastes régionaux de richesse et pauvreté, les rythmes de développement.
Démarche : 1) La notion de « développement » est introduite dans une leçon sur l’Asie dans l’objectif de faire distinguer l’idée de richesse/pauvreté (visible par exemple sur une photographie) du concept de « développement » (plutôt mesurable).
2) A partir d’un texte et de graphiques statistiques, les élèves, en groupes, doivent trouver des indices pour répondre à deux questions : « montrez que l’Inde et la Chine sont des puissances industrielles » et « montrez que la Chine et l’Inde sont encore des états en difficulté ». Ils rédigent leurs deux réponses. La notion de « développement » émerge et est ainsi utilisée par les élèves dans ce qui devient la synthèse à apprendre.
Réactions des élèves : - L’envie de s’accrocher à ce qu’ils voient sur les images (c’est plus facile) et de s’arrêter là. Lorsqu’ils sont obligés d’aller au-delà, ils se confrontent à d’autres documents.
- La difficulté à relever une information avec sa localisation lors de la lecture d’une carte. Exemple : « il y en a qui ont plein de toilettes » et, dans l’autre colonne, « il y en a ; ils n’ont pas de toilettes » ; et non, dans certaines régions (Nord, Est, Sud-Ouest), le pourcentage de ménages disposant de toilettes est élevé (supérieur à 45%) et dans le centre du pays, il est faible (inférieur à 25%).
Evaluation sommative : - Dans le contrôle de fin de chapitre, un exercice identique, à partir de documents de même nature, mais différents.
- Au lieu de l’idée de « pauvreté » et d’enrichissement, la notion de « développement » est utilisée.
Réalisations des élèves : - Ils retrouvent bien les idées et les classent correctement.
Leurs difficultés : - Ils reprennent l’information entière avec des détails.

Facteurs de réussite :
La répétition des exercices ;
Commencer avec des indices plus signifiants pour les élèves (- l’alphabétisation et + « ménages disposant de toilettes à domicile »).
Lorsque les élèves ont du mal à rédiger, l’un dit et l’autre note.
A améliorer : En évaluation sommative, le relevé des indices aurait pu déboucher sur une rédaction.
Mieux distinguer la situation actuelle des « rythmes de développement », dont il faudrait faire une idée à part.
De même pour les contrastes sur le territoire.

 

4ème :
Initiation à la rédaction du paragraphe.

La progression générale
sur l’année est de multiplier les exercices permettant de relever
dans 2, puis 3 documents des arguments pour montrer une idée, puis de
regrouper arguments et idées, pour ensuite rédiger.
Par ailleurs, rédaction d’un petit paragraphe argumenté
à partir de connaissances.
En fin d’année, croiser les deux sortes de sources.

Type d’exercice : Difficultés rencontrées : Stratégie des élèves : Solutions trouvées :
- répondre à des questions de type DNB sur un document. - trouver LA bonne réponse.
- la question sur le document demande une réponse précise, alors qu’il faudra peut-être développer cette idée dans le paragraphe.
- rédiger beaucoup : « il y aura bien la réponse dedans » ;
- essayer au hasard ;
- certains élèves présentent leur réponse dans un texte organisé, allant au-delà de ce qui est demandé dans la question.

- faire beaucoup d’exercices
sans évaluation sommative ;
- aider l’élève à plus/mieux lire/comprendre
la question ;
- essayer de dire aux élèves ce qui dans leur démarche
peut les gêner et adapter la progression à chacun.

- rédiger un paragraphe pour « montrer » quelque chose à partir soit d’une étude de documents, soit de connaissances. - l’élève n’est pas familiarisé avec cet exercice.
- passer du texte « récit » au texte argumenté.
- plus que la consigne elle-même, la référence à un exercice précédent leur indique ce qu’il faut faire ou les rassure dans leur démarche.
- en fin d’année, les élèves se demandent spontanément : « quelle est la question ? » « faut-il justifier ? »
- multiplier les occasions de rédaction soit en vue de l’écrit, soit pour présenter à la classe.
- encourager les synthétiques à développer et contraindre d’autres élèves à bien se centrer sur la question.

Exemple concernant
la rédaction d’un paragraphe pour « montrer »
quelque chose à partir d’une étude de documents :

Partie du programme traitée : L’âge industriel.
Démarche : 1- Chaque groupe doit étudier un secteur touché par la révolution industrielle au choix : l’agriculture, les transports : le chemin de fer, les transports  : les autres moyens, les techniques de construction des bâtiments.
La question : « montrez que les innovations techniques concernent d’autres secteurs que l’industrie ».
Ensuite le groupe élabore un résumé, qui est présenté à la classe.
La synthèse réalisée en classe entière met en valeur les points communs (innovations liées à la mécanisation et autres progrès) et le vocabulaire (urbanisation par exemple).
2- La question de l’hygiène (+ ou -) posée par les élèves est reprise dans une leçon.
Différents documents sont proposés aux élèves. Chaque élève choisit un document et l’étudie sans autre consigne que de dire s’il montre qu’il y a plus ou moins d’hygiène. A l’oral, il devra justifier sa réponse.
La synthèse est donnée aux élèves.
Stratégies des élèves : Travail en groupe :
- Certains groupes étudient ensemble tous les documents ; d’autres groupes se répartissent les documents (1 par élève ou 1 pour deux).
- Les groupes travaillant sur l’agriculture ont tendance à trop comparer « avant/après » : ils sont proches des documents qui insistent sur ce contraste.
- Lors de la prise de parole au nom du groupe, les intervenants ne sont pas toujours les mêmes au cours de l’année. Parfois, les élèves demandent le soutien du groupe. Souvent, ils lisent sur le cahier d’un autre ou sur la feuille du groupe.
Travail seul :
- Une grande variété dans le choix des documents et les textes ne sont pas laissés de côté, y compris le plus long.
- Certains élèves nuancent leur réponse, trouvant un ou deux arguments pour dire « oui » ou pour dire « non ».
- La prise de parole est difficile et doit être imposée. Souvent, les élèves ont rédigé ce qu’ils voudraient dire à l’oral. Certains l’ont fait rapidement afin de pouvoir solliciter l’avis de l’enseignant. D’autres ont agi comme pour le travail en groupe. Le travail produit est sérieux.
Difficultés des élèves :

- Réponse par « oui » ou « non » avec ensuite les arguments rédigés.
- Utilisation excessive d’articles à la place du sujet précis.
- Questionnement sur le sens de « hygiène » en réaction face aux documents proposés ? « quel rapport entre le travail des enfants dans les mines et la question de l’hygiène ? »
Réponses trouvées : - Beaucoup d’autonomie est laissée aux élèves dans leur démarche.
- Pour les groupes travaillant sur l’agriculture, ils sont invités à voir surtout ce qui change et ils s’adaptent à cette difficulté dont il faut tenir compte.
- Les élèves doivent rédiger une phrase au début de leur texte pour donner l’idée défendue avant d’apporter les arguments : ils le font à l’écrit et l’assimilent en le refaisant à l’oral. La règle est fixée et notée dans le cours.
- Pour chaque utilisation d’un terme flou, l’élève est repris et, sur le cahier, le terme est entouré. L’élève doit préciser. L’avantage est de rendre plus compréhensible pour les élèves ce qu’on note sur les copies « flou », « précise », …
- L’élève doit rechercher le sens du mot « hygiène » dans un dictionnaire. Le sens de ce mot important de l’affirmation de départ est introduit dans la phrase de début. Les élèves apprennent aussi cette règle : définir les mots importants au début du texte organisé.

3ème :
savoir rédiger des paragraphes argumentés complets et organisés.

Exemple : faire acquérir
des automatismes aux élèves.

La partie du programme traitée : Les « puissances » (Etats-Unis, Japon, Union Européenne, France).
La consigne donnée :

Les Etats-Unis :

En groupe, les élèves trouvent les facteurs de la puissance
des Etats-Unis
Une grille
de facteurs de puissance est établie en regroupant les facteurs
quand cela est possible.
Confrontation avec les documents en classe entière : exemples et
informations précises, nuances.
La puissance étatsunienne est ainsi caractérisée.

Le Japon :
A partir de 3 documents choisis dans une liste, les élèves
en groupe trouvent des preuves de faiblesse ou de puissance du Japon.
Mise en commun :
Regroupement selon les facteurs établis dans la grille.
Ajustement de la grille.
La puissance japonaise est ainsi caractérisée.

La forme d’évaluation de l’exercice : Evaluation formative : par appréciation sur le cahier à côté de l’exercice et évaluation de certaines capacités. .
Evaluation sommative :
- des connaissances sur le Japon et les Etats-Unis ;
- les capacités à retrouver des critères de puissance/faiblesse, à classer selon des facteurs et à caractériser une puissance.
- la rédaction d’un paragraphe argumenté.
Stratégies des élèves :
- Les élèves classent leurs arguments dans un tableau « preuves de puissance », « faiblesse ».
- Ils choisissent des documents traitant d’aspects proches.
- Lors de la mise en commun sur le Japon, le groupe classe gère seul tandis qu’un élève note les idées au tableau. Un point contesté amène chacun à justifier son point de vue. La notion (haute technologie) est approfondie et des indices plus précis sont relevés.
Les difficultés rencontrées : La nuance : l’élève confronte deux idées comme si elles étaient d’égale valeur, sans envisager que l’une puisse nuancer l’autre, notamment dans les jeux d’échelles en géographie.
Lier les facteurs : ce qui avait été considéré comme des facteurs de puissance liés à un grand territoire (Etats-Unis) peut être réutilisé en « négatif » pour le Japon.
Les solutions trouvées en classe : Inciter l’élève :
- à acquérir des automatismes ;
- à se relire pour détecter des contradictions ;
- à utiliser la grille des facteurs de puissance ou l’avoir à l’esprit afin d’ajouter des critères absents des documents.
Ce qui reste à approfondir. Le suivi individuel des élèves pour adapter l’introduction de ces éléments en fonction du niveau déjà acquis par l’élève.


Yannique Delabos, Collège André Maurois, La Saussaye.

 


Vous pouvez télécharger
cette fiche au format .pdf

PDF - 101.3 ko