Vous êtes ici : Accueil > Cimetière éditorial > Lycée Textes officiels > Baccalauréat technologique, série STG : définition de l’épreuve orale de (...)

Baccalauréat technologique, série STG : définition de l’épreuve orale de contrôle d’histoire-géographie.


Baccalauréat technologique, série STG : définition de l’épreuve
orale de contrôle d’histoire-géographie.

La note de service parue au BO n° 
39 du 1er novembre 2007 définit l’épreuve orale de contrôle
d’histoire-géographie du Baccalauréat technologique, série
STG. Les modalités de cette épreuve de "rattrapage"
entreront en application à partir de la session 2008 du baccalauréat.

Odile DENIER, Gérard GRANIER,
Laurent LE MERCIER
IA-IPR histoire et géographie

BACCALAURÉAT
Baccalauréat technologique, série STG : définition
de l’épreuve orale de contrôle d’histoire-géographie
NOR : MENE0701722N
RLR : 544-1a
NOTE DE SERVICE N°2007-160 DU 22-10-2007
MEN
DGESCO A1-3


Texte adressé
aux rectrices et recteurs d’académie ; au directeur du service
interacadémique des examens et concours d’Ile-de-France ;
aux inspectrices et inspecteurs d’académie, inspectrices
et inspecteurs pédagogiques régionaux ; aux chefs d’établissement
 ; aux professeures et professeurs


La présente
note de service complète la note
de service n° 2007-017 du 15-1-2007
parue au B.O. n° 4 du
25 janvier 2007 relative à la définition de l’épreuve
d’histoire-géographie de la série STG du baccalauréat
technologique. Elle fixe la définition de l’épreuve
orale de contrôle d’histoire-géographie et est applicable
à partir de la session 2008 du baccalauréat.

Baccalauréat
de la série STG - Épreuve orale de contrôle d’histoire
et de géographie

Épreuve orale

Durée : 20 minutes.
Temps de préparation : 20 minutes.
Coefficient : 2.
L’épreuve porte sur les “Questions obligatoires”
des programmes d’histoire et de géographie de la classe terminale.
L’examinateur soumet deux sujets au choix du candidat (histoire
ou géographie, géographie ou géographie, histoire
ou histoire). Ces sujets portent sur des points majeurs des programmes.
Ils peuvent être accompagnés d’un ou deux document(s).
L’examinateur évalue la maîtrise des connaissances
et la clarté de l’exposition. La notation doit utiliser tout
l’éventail des notes de 0 à 20. L’entretien
qui suit l’exposé peut déborder le cadre strict du
sujet et porter sur la compréhension d’ensemble de la “Question
obligatoire”.

Pour le ministre de
l’éducation nationale
et par délégation,
Le directeur général de l’enseignement scolaire
Jean-Louis NEMBRINI