Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Histoire-Géographie : Cycle 4 > 4e > Le roi appelle les Français à s’exprimer : le cahier de doléances de (...)
Publié : 24 août 2007

Le roi appelle les Français à s’exprimer : le cahier de doléances de Beaumont-le-Roger.

Un exemple de séquence pédagogique à partir d’un cahier de doléance.

Le roi appelle
les Français à s’exprimer : le cahier de doléances
de Beaumont-le-Roger.


Voici la transcription de différents articles ou parties d’articles
du cahier de doléances de la ville de Beaumont-le-Roger rédigés
le 25 février 1789 « en l’affemblée convoquée
au fon de la cloche » au nom du roi par le Lieutenant général
du bailliage de Beaumont-le-Roger (vous pouvez essayer de lire son nom sur les
photocopies des originaux). Ce cahier est conservé aux Archives Départementales
de l’Eure à Evreux, cote 17 B 4 (14).

 
« Ce sont assemblés les bourgeois, habitants de ladite ville
de Beaumont le Roger, composant le Tiers-états dans l’ordre qui
suit [listes des noms] (...)
Le Monarque que la providence nous a donné (...) a voulu laisser
à ses sujets la liberté de remédier eux-mêmes à
un mal ...

Art. 2.
L’intention de sa majesté en accordant au Tiers-état un
représentation égale aux deux autres ordres réunis à
l’assemblée des Etats-Généraux, ne serait qu’imparfaitement
remplie si on y délibérait par ordre et non par tête. Le
clergé et la noblesse, unis d’intérêt, auraient sur
le troisième ordre une prépondérance qui anéantirait
infailliblement son droit. (...) Chaque membre qui le compose est citoyen
comme un noble et un ecclésiastique, sa voix doit donc se faire entendre
comme celle des membres des deux autres Etats. (...)

Art.3.
Les Lettres de cachet sont l’effet le plus immédiat du pouvoir
despotique : c’est un abus de l’autorité qui jette le
trouble dans l’ordre social sans même réparer les maux. (...)

Art. 7.
Ce serait une époque à jamais mémorable que celle où
l’on supprimerait la vénalité des charges dans les tribunaux
du royaume. (...)

Art. 21.
Après avoir parcouru rapidement le cercle des abus, des plaintes et des
réformes qui étaient le plus à porter à la connaissance
de cette assemblée, elle ne dissimule pas que le grand œuvre est
de trouver des moyens de faire face aux dettes de l’état et qu’elle
doit s’occuper de l’objet le plus intéressant, l’impôt.
(...) Déjà dans plusieurs provinces le clergé et la
noblesse ont donné l’exemple des vertus patriotiques qui les distinguent,
en s’offrant eux-mêmes de supporter comme le Tiers état le
fardeau de l’impôt ; croyons que ceux de ces deux ordres respectables
que la Normandie renferme, seront pas moins généreux, mais, à
tout événement nos députés demanderont que l’impôt,
quelques soient sa nature et sa forme, frappe également sur l’ecclésiastique,
le noble et le roturier.

Art. 23.
Les députés de cette assemblée seront chargés de
demander une tenue d’Etats généraux, tous les 4,5 ou 6 ans.

Art. 24.
Si une tenue périodique des états généraux du royaume
est nécessaire, celle des états particuliers de la province de
Normandie ne l’est pas moins. Ses habitants doivent connaître plus
particulièrement l’étendue de ses charges et de ses ressources.

Art. 25.
La ville [ que les membres de l’assemblée habitent] est le centre
d’un commerce fort étendu. Des blanchisseurs jugés d’un
mérite supérieur, une verrerie accréditée et une
forêt considérable sont des objets qui intéressent le commerce
et la marine royale. Mais les difficultés d’accès et les
embarras du transport sont des entraves que l’existence de quelques routes
feraient disparaître.
La plus utile pour le pays et en même temps la moins longue serait de
Beaumont à Evreux et de Beaumont à Bernai(y). Elle n’occuperait
qu’un espace de huit lieues et offrait tous les avantages que la privation
d’un objet aussi peu conséquent enlève à la ville
de Beaumont ; elle serait aussi de la plus grande utilité pour le
passage des troupes.
  
Art. 26 et dernier.
Les membres de cette ville assemblée convaincus de la pureté des
intentions des députés qu’ils sont confiants en leur lumière
leur donnent pouvoir de les représenter à l’assemblée
du bailliage de Beaumont-le-Roger, d’y porter le présent cahier,
de concourir à la nomination (...) du député à
l’assemblée du bailliage principal d’Evreux et d’y
porter le cahier général du bailliage de Beaumont et ensuite procéder
à la rédaction en un seul ( ?) des cahiers des différents
bailliages de l’arrondissement d’Evreux, enfin de nommer au bailliage
principal un député pour assister aux Etats généraux
à Versailles , et d’agir tous ensemble de concert, pour le bien
général de la nation et la gloire de l’état, approuvant
tout ce que les sieurs députés feront à cet égard.
Tout ce que dessous a été arrêté et signé
( ?) après lecture. [signature]

 


Activité
élève

 

 Après avoir lu les
extraits proposés, réponds aux questions suivantes :

Question 1. 
Présente le document.
Question 2. Complète le tableau.
 

Sous l’Ancien-régime.
(Voir chap. 2.)
Ce que les Beaumontais réclament...
Article n°...
Vie politique.
-rythme des réunions des États généraux et des autres assemblées.

-Forme de gouvernement.

     
Finances.-Prélèvement de l’impôt.
     
Société.-L’accès aux magistratures.      

Question 3.
Dans l’article 25, que réclament les Beaumontais ? Pourquoi
est-ce surprenant si on compare avec le reste du document ?

Question 4.
Les Beaumontais (sûrement inspirés par les modèles de cahiers
de doléances qui furent envoyés un peu partout ! ) souhaitent
une modification de la procédure de vote lors des États généraux.
Laquelle ? Pourquoi ?

Question 5.
Les Beaumontais rendent-ils le roi responsable de la situation du royaume ?

Question 6.
Qu’advint-il de ce cahier de doléances après sa rédaction ?
(tu peux t’aider de l’exercice page 62) .

 


Vous pouvez télécharger
cette fiche au format .pdf