Vous êtes ici : Accueil > Ressources pour les enseignants > Se documenter > Ressources scientifiques > Blois 2001 : Les historiens devant l’actualité, le 11 septembre (...)
Publié : 17 septembre 2005

Blois 2001 : Les historiens devant l’actualité, le 11 septembre 2001

Débat avec Michelle Perrot, Dominique Borne, Jean-Noël Jeanneney et Pierre Milza. Notes de Marie-Claude Cortial.


LES HISTORIENS DEVANT L’ACTUALITÉ : LE 11 SEPTEMBRE 2001

 

Participants
 : Michelle PERROT, Dominique BORNE, Pierre MILZA, Jean-Noël
JEANNENEY.

Dominique
BORNE : " Le temps présent est au bout d’une
histoire qui lui donne sens ".

Michelle
Perrot : Rôle symbolique des " chutes "
de monuments :
La prise de la Bastille. La chute du Mur de Berlin. La
chute des Twin Towers.
En quoi les instruments de l’analyse historique peuvent-ils
nous aider face à des questions comme : qu’est-ce
que la guerre ? un martyr ? l’Islam ? l’Amérique
 ? le choc des civilisations ?

Quelques
éléments :
· L’historien ne donne pas d’explications, mais
propose une réflexion en donnant les outils pour
élaborer et construire l’histoire qui, elle, apprend
à questionner, s’interroger.
Sens des mots et leur relativité ou justesse :
la guerre est souvent terroriste, terrorisme et patriote,
martyr ou fanatique. A manipuler avec prudence : l’histoire
se fait sous nos yeux, elle est en train de se construire,
elle donnera lieu ultérieurement à des interprétations
historiques : donc ce qu’on dit est inachevé, incomplet.
Des instruments méthodologiques peuvent aider l’historien
· Pas de linéarité en histoire, entrelacs
de rythmes : la chute des Twin Towers est un " nœud
" de fils complexes. Il y a des précédents
dans les temps historiques :
- Pearl Harbour ( bien que semblable et différent).
- Phénomène de sectes : les " Assassins
" du 12ème siècle dans le Moyen-Orient
musulman.
- Contradiction pour la démocratie de gérer
libertés et sécurité : exemple :
Lois Scélérates de 1890 en France, sous
la IIIème République pour répondre
aux attentats anarchistes.
· Dialectique des faits et des représentations
 : la mémoire collective crée des événements
" hors norme ", dont le poids est renforcé
par l’image (place de la télévision). Exemples
 :
- Discours de De Gaulle le 23 avril 1961, pendant le putsch
des généraux.
- L’homme sur la lune
- Michelle Perrot disant à propos d’amis new-yorkais
lui ayant téléphoné après
le 11 septembre " il faisait un temps si extraordinaire
".
· Décalage entre réalité historique
et la sensibilité : contextualiser les événements.
Le massacre symbolique des Bouddhas de Bamiyan par les
Talibans préfigure-t-il le " massacre "
du 11 septembre ?
Exemple : Les bombardements américains sur l’Allemagne
en 1945 ne font pas céder les Allemands, mais celui
de Dresde (50 000 morts) se place au milieu de la conférence
de Yalta et peut donc correspondre à la volonté
américaine de montrer aux Soviétiques qu’ils
ont la suprématie aérienne alors que ces
derniers avancent sur Berlin.

Marie-Claude
Cortial

Téléchargez  !


Vous
pouvez télécharger ce compte-rendu aux formats suivants :

Attention
 : les fichiers sont compressés à l’aide de Winzip. Si vous ne
possédez pas cet utilitaire, vous pouvez le télécharger sur
le site web de l’éditeur : http://www.winzip.com