Vous êtes ici : Accueil > Enseigner au collège et au lycée > Histoire-Géographie : Cycle 4 > 4e > La première industrialisation et ses conséquences
Publié : 9 septembre 2005

La première industrialisation et ses conséquences

Elbeuf au XVIIIème siècle

ELBEUF
AU XVIII SIECLE
La première industrialisation et ses conséquences.

Auteur : Yannique DELABOS
- Collège Cousteau - Caudebec-lès-Elbeuf
Niveau : 4 ème


Méthodologie :

Après avoir répondu
aux questions, l’élève pourra rédiger trois paragraphes
 :

- l’un en montrant le développement de l’industrie textile lainière
à Elbeuf ;
- l’autre en expliquant les conséquences sur la place d’Elbeuf en
Normandie, sur son statut et sa démographie ;
- le dernier présentant les transformations du paysage elbeuvien.

Questions

Document
A

  1. Observez la
    première colonne du tableau. Comparez le nombre de fabricants
    de draps de laine à Elbeuf à la fin du XVIIème
    siècle et en 1786-1787. Que remarquez-vous ?
  2. Faites de même
    pour le nombre de métiers à tisser.
  3. Quel est le
    pourcentage des pièces de draps produites dans la Généralité
    de Rouen et ayant été fabriquées à Elbeuf
     : à la fin du XVIIème siècle et en 1789. Que
    remarquez-vous ?
  4. Faites de même
    pour la valeur de la production en 1715 et en 1789. Quel est votre
    constat ?
  5. Résumez
     : comment évolue l’industrie textile à Elbeuf entre la
    fin du XVIIème siècle et la fin du XVIIIème siècle
     ?

Documents
B et D

  1. Sur la carte (document
    D), localisez les trois centres de production de draps de laine cités
    par Michel de Bouard dans sa première phrase.
  2. Tracez le triangle
    en joignant les trois points. Que pouvez-vous dire de sa taille ?
  3. Expliquez la phrase
    suivante : " il enserre la zone drapière normande la
    plus connue et, sans doute, la plus importante.
    "
  4. Remplacez par une
    date " A la fin du règne de Louis XVI ".
  5. Expliquez l’expression
    " a pris la tête du (peloton) ".
  6. D’après
    de Bouard, quelle est la place d’Elbeuf dans la production de draps
    de laine en Normandie au début du XVIIIème siècle
     ?
  7. Quelle est sa place
    dans les années 1780-1790 ?
  8. Ce document confirme-t-il
    ou infirme-t-il vos réponses aux questions 3 et 4 ? Montrez-le.

Document
C

  1. Quelles transformations
    se produisent au XVIIIème siècle dans l’organisation de
    la production de draps de laine à Elbeuf ?
  2. Quelle en est la
    conséquence sociale ?
  3. Qu’entraînent
    ces transformations pour Elbeuf au niveau politique ?
  4. Montrez qu’Elbeuf
    change d’aspect au cours du XVIIIème siècle.

Notions demandant un
approfondissement : " Exode rural ", " Ouvriers ".

CE T.D. PEUT AUSSI ETRE
RAPPROCHE DE COURS SUR : " Les progrès techniques des XVIIIème
et XIXème siècles ". " Les mouvements ouvriers au
XIXème siècle ". " L’urbanisme et les moyens de
transport au XIXème siècle ".

En complément
voir le Document E.

 

Document A

L’industrie
textile à Elbeuf au XVIIIème siècle.

NOMBRE DE FABRICANTS
NOMBRE DE METIERS
NOMBRE DE PIECES DE DRAPS
VALEURS EN MILLIONS DE LIVRES
Elbeuf
Généralité(1)
Elbeuf
Généralité
Elbeuf
Généralité
%
Elbeuf
Généralité
%
Fin XVII
42
360
300
1210
9à 10000
33 000
28,8
2,0
-
-
1715
60
460
500
1536
14 000
40 000
35,0
4,3
9,0
47,8
1727
81
584
488
1348
17 860
38 000
47,0
4,0
8,9
44,9
1750
85
330
824
1747
18 771
41 900
44,8
6,2
10,8
57,4
1771
68
-
-
-
13 177
28 000
47,0
5,0
8,8
56,8
1786-1787
76
164
1100
-
18 301
38 500
47,5
9,6
17,5
54,8
1789
-
-
-
-
12 930
25 700
50,3
7,0
11,6
60,3

(1)- La généralité
de Rouen comprenait entre autres les centres de production textile suivants
 : Rouen, Darnétal, Orival, Les Andelys et Bolbec…

(2)- Il s’agit
de métiers à tisser la laine.

Source
 : Chiffres tirés de T.J. MARKOVITCH
Histoire des industries françaises : les industries lainières
de Colbert à la révolution (Genève, 1976).

 

Document B

La production
de draps de laine en Normandie au XVIIIème siècle.

" Une
carte des productions mettrait certainement en valeur le triangle
Rouen (et Darnétal), Elbeuf, Louviers. Il enserre la zone drapière
normande la plus connue et, sans doute, la plus importante. Rouen
est encore, au début du XVIIIème siècle, le gros
centre. A la fin du règne de Louis XVI, les chiffres révèlent
de profondes transformations : Elbeuf a pris la tête du (peloton),
suivi de Darnétal, de Louviers et enfin de Rouen."

Source
 : Extrait de l’"Histoire de Normandie ", publié sous
la direction de Michel DE BOUARD, Ed.Privat, 1987, page 305.




Document C

La naissance
de la ville d’Elbeuf au XVIIIème siècle.

" (…)
le XVIIIème siècle est un siècle de transition
(à Elbeuf). Grâce à l’apparition de nouvelles
techniques (…), la production des draps de laine est de plus
en plus mécanisée. Les lieux de production deviennent
moins nombreux, mais plus importants. La main-d’œuvre est de
plus en plus concentrée. Les premiers ouvriers (1) apparaissent.

Ces transformations
ont des conséquences à Elbeuf. Elbeuf obtient son statut
de ville en 1970. Elle se dote alors d’un Corps Municipal et d’une
" Maison de Ville " (2), située place du Coq (c’est
l’actuel bureau de poste).

Dans la ville,
les créations de voies nouvelles sont peu nombreuses. Par contre,
l’habitat se densifie autour des rues Saint-Jean, Saint-Etienne et
de l’Hospice. A la fin du siècle, on cherche à améliorer
les transports et l’hygiène. Des travaux de voirie ont lieu
 :

- le pavage
des rues principales ;
- l’ouverture de ruisseaux pour recevoir les eaux usées ;
- la construction du quai en 1756. "

(1) Ouvrier :
travailleur manuel de l’industrie.
(2) Maison de Ville : ou Hôtel de ville.

Source
 : " La naissance de la ville au XVIIIème siècle
",
fiche A5 de " Elbeuf, urbanisme, architecture ",

pochette pédagogique réalisée par les Archives
Municipales d’Elbeuf en 1989.


Document D

Source
 : A.M.E 3 Fi 1274

Correction

 

Réponses

Document A

  1. Le nombre de fabricants
    de draps de laine à Elbeuf à la fin du XVIIème
    siècle est 42. En 1786-1787, les fabricants de draps de laine
    sont 76. Le nombre de ces fabricants a donc presque doublé en
    un siècle.
  2. Le nombre de métiers
    à tisser la laine a presque quadruplé à Elbeuf
    en un siècle. En effet, il est passé de 300 à la
    fin du XVIIème siècle à 1100 en 1786-1787.
  3. Le pourcentage
    de pièces produites dans la Généralité et
    provenant d’Elbeuf s’élève à 28,8% à la
    fin du XVIIème siècle et à 50,3% en 1789. Il a
    presque doublé. A la fin du XVIIIème siècle, Elbeuf
    fournit la majorité des draps de laine de la Généralité
    de Rouen.
  4. La valeur de ces
    productions est passée, en pourcentage de la valeur produite
    dans la Généralité de Rouen, de 47,8% en 1715 à
    60,3% en 1789. Elle a donc augmenté, mais plus faiblement que
    la quantité de pièces. Le pourcentage de la valeur reste
    toutefois nettement supérieur au pourcentage de la quantité.
  5. L’industrie textile
    se développe à Elbeuf entre la fin du XVIIème siècle
    et la fin du XVIIIème siècle.

Document B et D

  1. Voir le document
    D Bis pour rétroprojecteur.
  2. Voir le document
    D Bis. La distance séparant chacune de ces villes est comprise
    entre 15 et 25 km. Le triangle ne couvre qu’une infime partie de ce
    que l’auteur appelle " la Normandie ".
  3. Au XVIIIème
    siècle, la surface délimitée par ce triangle correspond
    à la plus importante et la plus célèbre zone de
    production de draps de laine en Normandie.
  4. La fin du règne
    de Louis XVI correspond à l’abolition de la monarchie le 20 septembre
    1792. La République est proclamée le lendemain.
  5. Elbeuf "a
    pris la tête du peloton"
    , c’est-à-dire qu’Elbeuf
    est le plus important centre de production de draps de laine, à
    l’intérieur même du triangle défini plus haut, qui
    est lui-même le premier de Normandie.
  6. Au début
    du XVIIIème siècle, Elbeuf est un des premiers centres
    de production de draps de laine en Normandie.
  7. Dans les années
    1780-1790, Elbeuf est le premier centre de production en Normandie.
  8. Ce document confirme
    les réponses des questions 3 et 4. Le bourg d’Elbeuf était
    déjà bien placé à ce niveau à la
    fin du XVIIIème siècle (47,8% des valeurs de la même
    Généralité). A la fin du XVIIème siècle
    (28,8% des quantités produites dans la Généralité
    de Rouen) et au début du XVIIIème siècle (47,8%
    des valeurs de la même Généralité). A la
    fin du XVIIIème siècle, la ville d’ Elbeuf est la première
    en Normandie, fournissant 50,3% des productions et 60,3% des valeurs
    de la Généralité de Rouen, elle même première
    en Normandie.

Document C

  1. La production de
    draps de laine se modifie au XVIIIème siècle à
    Elbeuf. La production est de plus en plus mécanisée :
    plus de machines sont utilisées. Ces machines sont une partie
    des " nouvelles techniques " utilisées. Elles sont
    de plus en plus perfectionnées. Cette utilisation des machines
    entraîne un déplacement de la main-d’œuvre. En effet,
    les employés qui travaillaient à domicile, en milieu rural
    parfois, se déplacent dans le bourg et travaillent dans une des
    fabriques d’Elbeuf.
  2. Cette population,
    issue d’un mouvement d’exode rural, vient accroître le nombre
    des habitants de la ville. Ces ruraux d’origine deviennent peu à
    peu des urbains. Ils s’installent dans les quartiers les plus proches
    de leur travail, c’est-à-dire à l’ouest d’Elbeuf. Employés
    dans les fabriques, ils deviennent des ouvriers.
  3. Ces transformations
    entraînent le changement de statut d’Elbeuf. Le bourg devient
    une ville. Elbeuf devient aussi une commune, puisqu’elle possède
    désormais un Conseil municipal et une mairie.
  4. Elbeuf change d’aspect
    au XVIIIème siècle. L’ouest de la ville est plus densément
    occupé. On circule plus facilement dans la ville. Des travaux
    de salubrité sont entrepris, parmi lesquels " l’ouverture
    de ruisseaux pour recevoir les eaux usées ". Enfin, la ville
    est embellie. Les rues les plus importantes sont pavées. Un quai
    est construit sur les berges de la Seine en 1756.

 


Document D Bis


Extrait de la Carte de CASSINI n°25 (1812-1815) I.G.N. Paris 2000
- Autorisation n°43-00999

Source : A.M.E 3
Fi 1274

Document E


Usine Grandin - 1ère moitié du XIXème siècle
"Cliché Jacques Millet"

Source
 : A.M.E 5 Fi 1274

 

 


téléchargez  !

Vous pouvez télécharger cette
fiche :